Philippe Muray aurait adoré (spécial littérature)

16 avril 2019

Blimey !

Posté par hdef à 23:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]


07 janvier 2019

Bilan de l'euro dans le Washington Post

Ce qui nous change des Échos : l'éditorial de Samuelson dans le WP du jour

 

“By one survey, 74 percent of euro users support it. People favor the euro, though not the measures needed to make it workable. In the end, the European Central Bank bought 2.6 trillion euros’ worth of bonds (nearly $3 trillion at current exchange rates) to prop up the currency, after Mario Draghi, president of the ECB, pledged in mid-2012 to do “whatever it takes” to save the euro. The story continues. “Eventually, we’re going to have another U.S. recession,” says Patterson, who wrote the Bessemer Trust report. Then we’ll see whether Europe’s governments, banks and businesses can withstand the pressures created by high debt and low economic growth — and whether the euro can still survive.”

 

Opinion | The euro is still vulnerable. Can it survive?

On its 20th birthday, the best that can be said of the euro - the European currency used by 19 countries - is that it has survived. Two decades after being introduced in 1999, it has not achieved its central goals: increasing economic growth and strengthening public support for European political institutions.

https://www.washingtonpost.com

 

Posté par hdef à 20:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 avril 2018

Henry de Lesquen au sujet de Konrad Lorenz

“ Konrad Lorenz est limpide sur ce rôle vital que joue la contrainte culturelle chez l’animal humain. Comme le montre Lorenz, l’homme a impérativement besoin de l’encadrement d’une civilisation pour donner le meilleur de lui-même. À l’origine, les disciplines culturelles étaient, en fait, les conditions mêmes de la survie matérielle. La valorisation de la chasse et de ses dangers, le mépris pour la lâcheté créaient des contraintes nécessaires à la survie alimentaire du groupe. Mais de nos jours, la hausse du niveau de vie a éloigné les duretés et les dangers de la vie primitive : aussi l’homme moderne est-il porté à la facilité, au rejet des « répressions » – c’est-à-dire des disciplines culturelles. Elles semblent évidemment moins nécessaires dans la vie courante, mais de leur effacement résulte en fin de compte un amollissement, un dégoût de l’effort, une « tiédeur mortelle du sentiment », selon l’expression de Lorenz, qui, loin d’apporter le bonheur, suscitent bien souvent la névrose. ”

— Henry de Lesquen, entretien avec Grégoire Canlorbe

Entretien avec Henry de Lesquen - par Grégoire Canlorbe

Interview Henry de Lesquen, par Grégoire Canlorbe - publié par Institut Coppet le 18 avril 2017 Henry de Lesquen est un haut fonctionnaire, homme politique, dirigeant de radio, et essayiste français. Il poursuit de 1974 à 2013 une carrière d'administrateur civil. Président du Club, puis Carrefour de l'Horloge depuis 1985, il a dirigé Radio...

http://henrydelesquen.fr

Konrad Lorenz,

 

Posté par hdef à 20:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 avril 2018

L'immigration japonaise

Récemment, Henry de Lesquen prétendait que l'immigration japonaise était exemplaire, avec 28 demandeurs d'asiles acceptés en 2016.

Capture d’écran 2018-04-01 à 20

Henry de Lesquen a raison : le Japon refuse en effet toute immigration. Le scandale des stagiaires l'a bien montré. Pour répondre aux besoins du secteur de la santé et de la construction avant les JO de 2020, les lois de l'immigration vont cependant devoir être assouplies, malgré que Shinzo Abe en ait. En un sens, le Japon réussit à mêler un conservatisme identitaire et un ultra-libéralisme économique.

 

Cette résistance aux oukazes de la mondialisation n'a pas pour l'heure pénalisé l'archipel. Le pays reste la troisième économie mondiale, ce qui demeure un miracle au regard de la doxa libérale. Certains objecteront bien sûr que le coût est humain, dans une société du travail où le bonheur n'a pas sa place. Mais cette notion restant éminemment subjective, il serait périlleux de considérer le bonheur des autres au regard de valeurs qui ne sont pas les leurs. Nous sommes bien ici dans un face-à-face de deux modèles cohérents et totalement différents. D'un côté, la proposition libérale est celle de l'émancipation de l'individu par sa perfomance dans un ensemble fait de diversité et dans un temps qui va toujours plus vite. De l'autre, la proposition japonaise est celle d'une identité qui fait la part belle au groupe et à l'homogénéité dans une culture du temps long. Que le Japon perde cette bataille et il sera pour les adorateurs de la doxa libérale la preuve que la mondialisation représentait bien le sens de l'Histoire. Que le Japon parvienne à résister et il demeurera pour les partisans de l'identité des nations la preuve de «la possibilité d'une île» comme dirait Houellebecq. En attendant l'issue de cette mère des batailles, le Japon est bel est bien devenu le premier laboratoire de la mondialisation.

Posté par hdef à 19:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 janvier 2018

Les nouveaux visages de la haine

 

Patrice Quarteron : j'ai échappé à la "haine" grâce à un entraîneur "blanc et flic" (VIDEO)

Le champion français de boxe thaï, habitué des déclarations patriotes, a expliqué au micro de Sud Radio que "dans la cité", "on" lui avait appris la haine de la France. Heureusement, le sport l'aurait sorti du communautarisme.

https://francais.rt.com

A lire sur RT France

Capture d’écran 2018-01-09 à 20

 

 

Posté par hdef à 20:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]


01 janvier 2018

Le retour de la revue de presse

Sur la politique américaine en Iran, quelques articles passionnants sortent à l'occasion des troubles que traverse le pays (http://www.lefigaro.fr/international/2018/01/01/01003-20180101ARTFIG00072-les-violences-en-iran-ont-fait-une-douzaine-de-morts-en-5-jours.php), à savoir un article dans Jforum (21/12), intitulé « Comment Obama est devenu le complice du Hezbollah » et qui revient sur l'annulation par l'ex-président du projet Cassandra consacré à la lutte contre l'organisation terroriste (http://www.jforum.fr/quand-obama-muselait-les-opposants-au-hezbollah.html)

Sur RT, un article (22/12) consacré à la prochaine destruction ("réaménagment") d'un site chrétien pour en faire un parc Star Wars en Irlande : https://www.rt.com/news/413922-skellig-michael-star-wars-rebranding/

Dans L'Express, un entretien avec Elisabeth Badinter sur l'antisémitisme dont voici un extrait : « … Oui, c'est en effet la position officielle de beaucoup. Ne pas jeter de l'huile sur le feu. Et j'ajouterai, pour certains: le souci d'être toujours du côté des plus faibles, des plus "victimes", tous les musulmans étant, dans leur esprit, les nouveaux damnés de la terre. Précisons deux choses: bien sûr que les Français arabo-musulmans sont eux aussi victimes de racisme, et qu'il faut le condamner à toute force. Bien sûr, aussi, qu'il ne faut en aucun cas accuser d'antisémitisme tous les musulmans. Voilà, c'est simple, et c'est clair. Une fois ces deux évidences posées, expliquez-moi, néanmoins, ce qui peut justifier le silence de la communauté nationale après Ilan Halimi, ou après Mohamed Merah ? » (https://www.lexpress.fr/actualite/societe/ne-laissez-pas-les-juifs-mener-seuls-ce-combat_1946917.html). C'est un ancien article (26/09) mais je ne l'ai découvert que récemment.

Sur Libertarianism.com, une émission sur les "vraies causes de l'incarcération de masse" aux États-Unis, avec pour invité John Pfaff, lequel déclarait (12/05) : « To be fair, outside of lethal violence, we’re about middle of the pack compared to Europe. We’re not really have that much of a higher crime rate than Europe. For lethal violence, we are exceptionally higher, although lower, I think, than Americans think. I think that the right crime comparison to make, to keep it within our country, is that our crime rate today is about where it was in 1970, but our incarceration rate is five times higher. So, unless you think Americans are five times more prone to violence today than they were in 1970, that seems hard [00:03:30] to justify. If anything, I argue we’re less violent today, independent of prisons, than we were back then. It’s harder to commit crimes, it’s hard to steal a car now, it’s hard to steal a car radio. We have better medical care, so murders become aggravated assaults because people live longer. People play Xboxes, and so they’re not out, doing stupid things with their friends. Also, I think it’s worth noting that the Boomers were a uniquely violent cohort. » John Pfaff a récemment publié Locked In où il explique ce phénomène par le fait que « Nonviolent drug offenses accounted for only around a fifth of the new incarcerations. » (voir la recension de l'ouvrage dans le New Yorker, 10/04 : https://www.newyorker.com/magazine/2017/04/10/how-we-misunderstand-mass-incarceration), alors que les procureurs continuent d'emprisonner le plus de personnes possibles. Par conséquent, « between 1990 and 2007, while the crime rate began to fall, the number of line prosecutors went up by fifty per cent, and the number of prisoners rose with it. That fact may explain the central paradox of mass incarceration: fewer crimes, more criminals; less wrongdoing to imprison people for, more people imprisoned. » (New Yorker).

Un brillant article d'Arnaud Zacharie pour Le Monde diplomatique (« Naissance de l'économie de spéculation ») dans lequel le journaliste théorise la "dictature des 15%" : « Tandis que la plupart des multinationales passent sous le contrôle d’institutions financières privées ayant pris des participations dans leur capital coté en Bourse, l’économie change d’objectif : pour une grande entreprise, il s’agit moins d’accroître les ventes que de privilégier la rentabilité financière, c’est-à-dire les profits. Les actionnaires majoritaires ont désormais le pouvoir de dicter le taux de rendement a priori : c’est la « dictature des 15 % de retour sur fonds propres » des années 1990 et 2000. Résultat (à moins qu’il ne s’agisse de l’objectif de départ, comme le soutiennent, entre autres, les économistes Gérard Duménil et Dominique Lévy) : une forte croissance des revenus financiers et une baisse de la part des salaires dans la richesse produite. La mondialisation a bénéficié aux 10 % les plus riches de la planète et aux classes moyennes des pays émergents comme la Chine (qui ont profité des délocalisations), mais a été négative pour les 10 % les plus pauvres et les classes moyennes des pays industrialisés, dont les revenus (corrigés de l’inflation) ont stagné. » (https://www.monde-diplomatique.fr/publications/manuel_d_histoire_critique/a53292)

Dans Capital, deux articles, l'un contre Anne Hidalgo (au sujet de son don de 63M d'euros au musée Pinault), l'autre sur le coût de la piscine flottante de Bertrand Delanoë. Un régal !

Dans Le Figaro économie, un article sur le coût de la crise en Catalogne.

Enfin, dans La Tribune, Jean-Yves Paillé revient sur le destin de Martin Shkreli, dirigeant de l'industrie pharmaceutique réputé pour être l'homme le plus détesté des États-Unis. 

 

http://www.huffingtonpost.fr/2018/01/01/une-policiere-passee-a-tabac-a-champigny-sur-marne-premieres-reactions-politiques_a_23320948/

shkreli

Posté par hdef à 22:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 octobre 2017

Révision d'Histoire 2 : les prénoms

Loi supprimée récemment (1993), par

 

Lionel_Jospin,_mai_2014,_Rennes,_France_(cropped)

 

"

TITRE Ier.

Art. 1er. A compter de la publication de la présente loi, les noms en usage dans les différents calendriers, et ceux des personnages connus de l'Histoire Ancienne, pourront seuls être reçus, comme prénoms, sur les registres de l’État Civil destinés à constater la naissance des enfants : il est interdit aux officiers publics d'en admettre aucun autre dans leurs actes.

Art. 2. Toute personne qui porte actuellement comme prénom, soit le nom d'une famille existante, soit un nom quelconque qui ne se trouve pas compris dans la désignation de l'article précédent , pourra en demander le changement, en se conformant aux dispositions de ce même article.

Art. 3. Le changement aura lieu d'après un jugement du Tribunal d'Arrondissement, qui prescrira la rectification de l'acte de l'État Civil.

Ce jugement sera rendu, le commissaire du Gouvernement entendu , sur simple requête présentée par celui qui demandera le changement, s'il est majeur ou émancipé, et par ses père et mère ou tuteur, s'il est mineur

TITRE II

Des Changements de Noms.

Art. 4. Toute personne qui aura quelque raison de changer de nom en adressera la demande motivée au Gouvernement.

Art. 5. Le Gouvernement prononcera dans la forme prescrite pour les règlements d'administration publique.

Art. 6. S'il admet la demande, il autorisera le changement de nom par un arrêté rendu dans la même forme, mais qui n'aura son exécution qu'après la révolution d'une année à compter du jour de son insertion au Bulletin des Lois.

Art. 7. Pendant le cours de cette année, toute personne y ayant droit sera admise à présenter requête au Gouvernement pour obtenir la révocation de l'arrêté autorisant le changement de nom; et cette révocation sera prononcée par le Gouvernement, s'il juge l'opposition fondée.

Art. 8. S'il n'y a pas eu d'opposition, ou si celles qui ont été faites n'ont point été admises, l'arrêté autorisant le changement de nom aura son plein et entier effet à l'expiration de l'année.

Art. 9. II n'est rien innové, par la présente loi, aux dispositions des lois existantes relatives aux questions d'état entraînant changement de noms, qui continueront à se poursuivre devant les tribunaux dans les formes ordinaires. "

Posté par hdef à 13:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24 juin 2017

On ferme

Rassurez-vous, le blog ne s'arrête pas mais continue sur Facebook, pour plus de commodité et de visibilité (538 pages vues au total en un an, c'est assez ridicule), à cette adresse : https://www.facebook.com/lachemoitout/. Le blog reprendra peut-être.

 

 maxresdefault

Posté par hdef à 20:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 juin 2017

Le PCF est sauvé

Capture d’écran 2017-06-06 à 21

Josiane Balasko rejoint les candidats PCF. Il ne faut rien lâcher !

Posté par hdef à 21:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 mai 2017

Des vegans nus peinturlurés de bleu

Philippe Muray aurait adoré ces zouaves "sensibilisant" la population à la souffrance des poissons à coups de happenings et de performances pitoyables. « Le corps peint en bleu, allongés au sol et recouverts de filets de pêche, ou la bouche barrée d'un adhésif bleu, plusieurs dizaines de militants de l'association Vegan Impact ont manifesté à Paris contre les «souffrances» infligées aux poissons. L'association Vegan Impact a organisé, le 20 mai, une manifestation sur la place Saint-Michel à Paris dans le cadre de la Journée européenne de la mer. Selon les organisateurs, leur action visait à sensibiliser les consommateurs sur les conditions dans lesquelles sont pêchés les poissons. «Les poissons sont un peu les oubliés de la cause animale», a déclaré à l'AFP Alexandra Blanc, présidente de l'association Vegan Impact. » (RT France). On remarquera le contraste entre l'allure de secte délirante de ce happening et la bienveillance, le "politiquement correct" de la cause. Le temps est proche, où l'on nous demandera de prendre en considération la souffrance des moustiques exterminés par les pesticides et celle des microbes, victimes constants de génocides perpétrés par les antibiotiques. Et je pense à Malebranche et à son chien…

« Une grosse chienne de la maison, et qui était pleine, entra dans la salle où ils se promenaient, vint caresser le  Malebranche et se rouler à ses pieds. Après quelques mouvements inutiles pour la chasser, le philosophe lui donna un coup de pied, qui fit jeter à la chienne un cri de douleur et à Monsieur de Fontenelle un cri de compassion. Eh ! Quoi, lui dit froidement Malebranche, ne savez-vous pas que cela ne sent point ? »

Paris : des militants vegans dénoncent les «souffrances» des poissons

Dans le même ton, on avait assisté le 11 décembre 2016, à un autre happening d'hurluberlus du même calibre, toujours nus et cette fois-ci ensanglantés pour l'occasion, manifestant contre la fourrure. (https://francais.rt.com/international/30469-nus-encages-ensanglantes-barcelonais-contre-fourrure)

584d7bfbc3618881388b4639

 

Photo : RT France

 

Posté par hdef à 21:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,